Montpellier Méditerranée Métropole, qui rassemble 31 communes et plus de 460 000 habitants, s’est développée sur la façade méditerranéenne au sein d’un territoire courant d’Alès à Sète voire Béziers, et s’ouvrant à l’arrière-pays. Si sa structuration progressive s’est appuyée sur d’importants projets de transformation urbaine, l’enjeu semble aujourd’hui de renouveler les relations avec ces agglomérations dans le contexte notamment de pressions sur les ressources foncières et de l’accentuation des risques liés au changement climatique. Selon quelle figure ce déploiement se manifeste-t-il ?

L’offre et les pratiques culturelles dans l’aire d’influence métropolitaine
Les politiques culturelles de l’agglomération montpelliéraine, principalement fondées sur le primat de l’offre, ont été structurantes dans son développement et sont souvent présentées comme singulières. La recherche interroge les opportunités de renouvellement de ces politiques, en montrant comment des initiatives telles que les collectifs de spectateurs ou les espaces coopératifs peuvent contribuer à une production culturelle plus horizontale et transversale. Parallèlement, elle vise à questionner les pratiques culturelles à l’échelle métropolitaine, pour évaluer la sédentarité ou le nomadisme des publics de la culture et à interroger le rayonnement culturel de la métropole au-delà de ses limites. Enfin, il s’agit d’observer en quoi le territoire peut apparaître lui-même comme un objet culturel, support de représentations et d’identifications spatiales.

Le littoral, espace stratégique et nouveau front métropolitain
Montpellier est une ville rétro-littorale, mais qui connaît aujourd’hui, du fait de la métropolisation, une importante expansion vers la Méditerranée. Dans l’espace entre le noyau urbain ancien et la mer existent deux modèles de développement urbain concurrents : celui des stations littorales héritées de la Mission Racine, en voie de requalification ; et celui, plus récent, de la périurbanisation. L’enjeu est de savoir comment, dans ce contexte, le développement de la métropole vers la mer peut être organisé, en interrogeant le fonctionnement de ces deux modèles et les stratégies des acteurs responsables de leur développement et de leur gestion. Parallèlement, il s’agit d’évaluer si la métropolisation littorale est viable à long terme, dans le contexte du changement climatique et des risques liées à la montée des eaux. Les modalités de la gouvernance de la prévention des risques, qui implique différents acteurs parmi lesquels Montpellier Méditerranée Métropole s’impose progressivement, font l’objet d’une attention particulière.

Production et régulation immobilières
Montpellier Méditerranée Métropole et ses périphéries connaissent un développement résidentiel rapide qui résulte de stratégies foncières publiques ou privées et de l’implication d’acteurs de la chaîne de l’immobilier. La recherche vise à questionner, dans le contexte d’une inégalité d’attractivité et de ressources entre les différentes parties du territoire, la possibilité d’une régulation coordonnée de l’intervention de ces acteurs. Pour ce faire, il s’agit d’abord d’étudier les différents outils mobilisés par les collectivités pour traduire leurs attentes quant à la production immobilière, notamment dans les politiques foncières, les documents d’urbanisme et de planification ou par le biais de dispositifs de négociation. Il s’agit ensuite d’analyser les espaces immobiliers produits au cours de la dernière décennie dans la métropole, en évaluant notamment s’ils aboutissent à des formes urbaines standardisées et s’ils permettent des modes d’habiter et de déplacement compatibles avec les exigences de solidarité territoriale et de transition écologique.

Thèmes : Coopérations territoriales / L’attractivité en débats / Modes de vie et pratiques habitantes /  Modèles économiques / Changement climatique et transition énergétique

Elus

Philippe Saurel
Président de Montpellier Méditerranée Métropole (MMM), Maire de Montpellier

Marion Chantal
Vice-présidente de MMM, chargée du développement économique, de l’enseignement supérieur et de la recherche et de la planification urbaine, Adjointe au Maire de Montpellier

professionnels

Rémy Ailleret
Référent POPSU, Directeur général adjoint du Département aménagement et développement durable du territoire, MMM

Fabien Blasco
Référent POPSU, Directeur de l’innovation, des politiques contractuelles et SIG, MMM

Philippe Boulet
Directeur général adjoint du Département développement économique, emploi et insertion, MMM

Luc Egoumenides
Directeur général, Transports de Montpellier Méditerranée Métropole

Christian Fina
Directeur général des services, MMM

Eugène Gréau
Président de l’association Urbanistes Occitanie Méditerranée

Isabelle Hirschy
Responsable du projet Territoire d’art et d’histoire, Département culture et sport, MMM

Yves Nurit
Directeur général du Département aménagement et développement durable du territoire, MMM

Sophie Salelles
Directrice de cabinet, MMM

chercheurs

Laurent Viala
Responsable scientifique, École nationale supérieure d’architecture de Montpellier – LIFAM

Hassan Ait Haddou
École nationale supérieure d’architecture de Montpellier – LIFAM

Sylvain Barone
IRSTEA Montpellier – G-EAU

Johana Baticle
École nationale supérieure d’architecture de Montpellier – LIFAM

Isabelle Berry-Chikhaoui
Université Paul-Valéry Montpellier 3 – ART-Dev

Aurélie Delage
Université de Perpignan – ART-Dev

Félix Dupin-Meynard
Université de Montpellier – CEPEL

Arnaud Huc
Université de Montpellier – CEPEL

Valérie Lavaud-Letilleul
Université Paul-Valéry Montpellier 3 – ART-Dev

Khedidja Mamou
École nationale supérieure d’architecture de Montpellier – LIFAM

Laura Michel
Université de Montpellier – CEPEL

Emmanuel Négrier
Université de Montpellier – CEPEL

Belinda Redondo
Université de Nîmes – PROJEKT

François Valegeas
Université Paul-Valéry Montpellier 3 – ART-Dev

Thomas Watkin
Université de Nîmes – PROJEKT

Documents