La création de la Métropole Rouen Normandie en 2015 a été l’aboutissement d’un processus récent, qui a conduit quatre communautés à fusionner en 2010 pour bâtir une communauté d’agglomération rassemblant soixante-et-onze communes et près de 490 000 habitants. Cela a permis un changement d’échelle dans l’appréhension du territoire et le déploiement de nouvelles politiques publiques. Il s’agit d’examiner ce qui a rendu possible ce processus, comment il s’est déroulé, mais aussi d’en mesurer l’impact, notamment dans les modes de relation avec le tissu productif local et la prise en charge des dynamiques sociales et environnementales.

La structuration métropolitaine par le dialogue interterritorial

L’histoire de la structuration intercommunale rouennaise est marquée par une pratique ancienne du dialogue interterritorial. Celui-ci s’est organisé aussi bien entre des communes aujourd’hui intégrées dans la métropole qu’avec des institutions intervenant à d’autres échelles, notamment en Normandie et dans la vallée de la Seine, jusqu’à Paris. Faire l’inventaire de ces relations pour les analyser permet de comprendre à la fois pourquoi et comment elles ont été mises en place, en quoi elles ont rendu possible l’élargissement de la structure intercommunale et ce qu’elles donnent aujourd’hui l’occasion de projeter et de réaliser. Une démarche comparable est menée pour comprendre l’organisation des relations entre les institutions publiques et les acteurs économiques, de façon notamment à observer l’inscription de ces derniers dans les dynamiques locales. Il s’agit ainsi de s’interroger sur la manière dont l’institution « métropole » permet de mieux se saisir des dynamiques de métropolisation, c’est-à-dire des dynamiques économiques, sociales et culturelles liées à l’interdépendance de plus en plus forte entre les territoires.

Accéder aux centralités métropolitaines

Le processus de métropolisation renouvelle les questionnements sur l’accès à la mobilité et aux centralités, au moment où des innovations en matière de mobilité et le développement des modes actifs bouleversent perceptions et approches. Ce phénomène est particulièrement prégnant dans la métropole rouennaise, qui concentre étroitesse de la ville-centre, congestion automobile liée notamment à l’absence de contournement urbain, émergence de nouvelles centralités et un écosystème industriel et de recherche performant, porteur de nombreuses innovations en matière de transport à l’image du lancement en 2018 du premier service de mobilité autonome en Europe. L’enjeu est d’interroger les inégalités d’accès aux centralités métropolitaines, la trajectoire de l’action publique locale et l’apport du digital et des mobilités connectées au moyen d’un diagnostic de l’état actuel et d’un exercice prospectif sur les mobilités intelligentes à l’échelle métropolitaine.

Un retour réflexif sur les mobilisations locales autour de l’enjeu climatique

En partenariat avec WWF, la Métropole Rouen Normandie engage une démarche visant à la signature fin 2018 des « Accords de Rouen pour le climat ». Au-delà des actions sur son propre patrimoine ou dans le cadre de ses compétences, la métropole anime une dynamique territoriale visant à fédérer acteurs économiques et institutionnels, communes et citoyens pour construire leur propre engagement pour le climat. Cette expérimentation est accompagnée par un groupe d’experts constituant un « GIEC local ». L’enjeu n’est pas de prolonger cette expérience, mais de revenir de façon réflexive sur son déroulement, en particulier pour apprécier ses effets sur les politiques publiques et sa capacité à mobiliser la société civile. Cette analyse est complétée par un dispositif d’observation des mutations engagées dans différents secteurs économiques à la suite de la mise en place de politiques sectorielles portant sur l’énergie et le climat.

RENCONTRES

- 1ère rencontre POPSU – Métropole Rouen Normandie (26/10/2018) : le lancement d’une démarche de recherche originale articulée à un programme national sur l’observation des métropoles - Communiqué de presse, Plaquette du programme de recherche

Thèmes : Gouvernance métropolitaine / Coopérations interterritoriales / Mobilités durables / Villes connectées / Transition énergétique et changement climatique

Elus

Frédéric Sanchez
Président de la Métropole Rouen Normandie, Maire du Petit-Quevilly
Yvon Robert
Vice-Président de la Métropole Rouen Normandie, chargé des Finances, des ressources, de l’économie, du Pôle de proximité de Rouen et du développement économique tertiaire (Seine Cité), Maire de Rouen
Joachim Moyse
Vice-Président de la Métropole Rouen Normandie, chargé de l’Habitat et de la politique de la ville, Maire de Saint-Étienne du Rouvray
Françoise Guillotin
Vice-Présidente de la Métropole Rouen Normandie, chargée de l’Urbanisme, du Plan local d’urbanisme intercommunal, de la politique foncière et de l’urbanisme commercial, Maire d’Elbeuf
Cyrille Moreau
Vice-Président de la Métropole Rouen Normandie, chargé de l’Environnement, de l’agriculture périurbaine, de l’air, de la biodiversité, de l’énergie, de l’économie sociale et solidaire, Conseiller de la Ville de Rouen
Marc Massion
Vice-Président de la Métropole Rouen Normandie, chargé de la Commission d’appel d’offre et de la mobilité durable, Maire du Grand-Quevilly
Christine Rambaud
Vice-Présidente de la Métropole Rouen Normandie, chargée de la Collecte et du traitement des déchets ménagers

professionnels

Laurent Sodini
Conseiller du Président de la Métropole Rouen Normandie
Frédéric Althabe
Directeur général des services de la Métropole Rouen Normandie
Bertrand Masson
Directeur Aménagement et grands projets, Métropole Rouen Normandie
Laurent Moreno
Directeur général de l’Agence d’urbanisme de Rouen et des boucles de Seine et Eure
Gérard Sorel
Directeur général adjoint Services aux usagers et transition écologique, Métropole Rouen Nor-mandie
Paule Valla
Directrice générale adjointe Urbanisme et Habitat, Métropole Rouen Normandie

responsables scientifiques

Xavier Desjardins
Professeur des Universités, Sorbonne Université – ENEC

Documents