Ambert-Livradois-Forez (27 606 habitants) est une intercommunalité structurée autour de la ville d’Ambert (6 707 habitants) et inscrite dans le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez. Depuis 2011, PNR, intercommunalités et communes mènent une démarche de revitalisation des centres-bourgs pour faire face à la vacance. D’abord expérimentée et déployée dans quelques centres-bourgs (dont Ambert), cette démarche se généralise en intégrant de nouvelles communes et enjeux (vacance des rez-de-chaussée commerciaux).

Une démarche de revitalisation du centre-bourg pour lutter contre la vacance

Localisée dans un milieu rural, de moyenne montagne et de faible densité, l’intercommunalité s’organise autour de la petite aire urbaine d’Ambert. Ce territoire est marqué par un processus séculaire de décroissance urbaine qui n’est pas compensé par le regain actuel du solde migratoire. Déjà en 1986 se créait le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez afin de lutter contre la déprise sociale, économique et démographique. Ce processus cumulatif a eu tendance à fragiliser les centres-bourgs que les acteurs locaux cherchent à enrayer via la création d’un dispositif local de revitalisation.

Agir sur la vacance par l’innovation

La recherche analysera en quoi la démarche portée par les acteurs du Livradois-Forez (Ville d’Ambert, PNR, EPCI, communes, etc.) de prise en compte du problème émergent de la vacance s’inscrit dans un processus d’innovation et de circulations de modèles à l’échelle locale et nationale dans un contexte de grande ruralité a priori paradoxal.

En effet, agir sur la vacance, dans ses dimensions multiformes et dans un contexte de décroissance, appelle à des innovations d’autant plus fortes que les expertises, expériences et connaissances sont éparses et que les dispositifs d’action restent à élaborer. Le territoire ambertois est ici d’autant plus intéressant que les petites villes et les territoires ruraux sont considérés comme connaissant des obstacles à l’innovation. De plus, la démarche entreprise s’inscrivait, dès le départ, dans la perspective de créer un modèle d’action potentiellement reproductible à l’échelle de l’ensemble des communes du PNR.

Depuis désormais sept ans, les acteurs ambertois (EPCI, communes, PNR) sont engagés dans ce processus de revitalisation. Ils sont désormais à une phase charnière : la réalisation de premiers projets souligne les obstacles non levés et les échecs, permettant désormais d’évaluer cette politique publique. Ils souhaitent enfin continuer d’approfondir cette démarche en vue du prochain mandat.

Observer les démarches et identifier les obstacles à la revitalisation

Inscrit dans une approche pragmatiste, inductive et socio-technique attentive aux instruments, le dispositif méthodologique articule deux dimensions. Une analyse des acquis méthodologiques des démarches engagées depuis plusieurs années sera tout d’abord menée. Ce temps se structurera à l’aide d’un séminaire multi-acteurs liés au projet dans l’objectif de produire un retour d’expériences co-écrit. Ensuite une analyse des obstacles et difficultés perdurant sera effectuée via un atelier d’étudiants et des séminaires de retours d’expériences d’autres territoires.

Au regard de la problématique centrée autour du déploiement, trois projets et stades de revitalisation seront plus précisément étudiés : un bourg ayant intégré la démarche au moment de la phase d’expérimentation (Cunlhat), la ville-centre (Ambert) s’inscrivant dans la première phase de déploiement et une commune commençant à intégrer la démarche (Arlanc).

Equipe de recherche

Yoan Miot, Responsable scientifique, Université Paris-Est-Marne-la-Vallée – LATTS

Sarah Dubeaux, Ecole Normale Supérieure

Elus

Myriam Fougère, Maire d'Ambert, Conseillère régionale

Jean-Claude Daurat, Président de la Communauté de communes Ambert Livradois Forez

professionnels

Claire Butty, Responsable aménagement des centres-bourgs, Syndicat mixte du Parc Naturel Régional du Livradois-Forez

Documents

Evenements

  • xxx

    xxx