Le numérique est-il en train de transformer les modes de vie des territoires ruraux de France ? Par l’enquête ethnographique d’un cas d’étude, la recherche a le but de cerner les impacts, entre ambitions et craintes, écueils et potentialités, des politiques d’aménagement numérique pour la cohésion des territoires ruraux. La ville d’Arvieu (Communauté de Communes de Lévézou Pareloup) est prise comme cas d’étude emblématique : village de 813 habitants, il a fait l’objet de dispositifs ambitieux pour l’insertion du numérique afin de répondre à la crise économique et démographique.

Une commune rurale aux avant-postes du numérique

Arvieu fait partie d’un vaste réseau de villages autour de Rodez qui est traversé, comme d’autres territoires ruraux, par une crise économique, sociale et politique significative. L’étalement urbain progresse sur les terres agricoles ; les inégalités en matière de transport créent un sentiment d’isolement ; l’attractivité des métropoles vide les petites villes ; le développement du secteur tertiaire a exclu la campagne de son rôle économique. Néanmoins, des études sont apparues récemment à propos du potentiel d’innovation qui caractériserait aussi les villages : leurs atouts environnementaux, sociaux et culturels les rendent progressivement attractifs face aux modes de vie urbains. A cela s’ajoute la nouvelle promesse de développement faite par le numérique : le câblage haut débit, l’installation d’entreprises du numérique, les tiers-lieux, la modernisation des écoles, sont invoquées comme solutions pour désenclaver et enrichir les territoires ruraux, apporter de nouveaux services, favoriser le savoir et créer du lien social. C’est dans cette mouvance qu’une série d’initiatives en faveur du numérique ont vu le jour à Arvieu, jusqu’à l’ouverture en 2019 d’un tiers lieu pensé à la fois pour les habitants et les porteurs de projets numériques.

Repenser les liens urbain-rural par le numérique

La recherche s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle le numérique serait en train de définir, en la repolarisant, la relation entre urbain et rural. Elle cherche ainsi à éclairer l’action publique locale en matière d’aménagement numérique. En posant des questionnements plus larges concernant l’inclusion-exclusion des populations, la transformation des activités économiques locales, les stratégies résidentielles des nouveaux habitants, l’étude a vocation à dialoguer avec les autres villages de France en détresse économique, démographique et en nécessité d’interventions économiques et sociales. Par le biais du numérique, il s’agit de remettre au centre du débat scientifique et opérationnel l’état et la transformation des territoires ruraux de France.

L’observation à la loupe du tiers lieu

La recherche s’appuie sur des observations et des entretiens, dont le terrain privilégié est le tiers lieu d’Arvieu, rassemblant des acteurs divers, des situations qui concernent différents aspects de la vie du village, des liens sociaux et professionnels. L’enquête cible trois publics principaux : les néo-ruraux et porteurs de projets numériques, dont l’on retracera les trajectoires personnelles et professionnelles, les imaginaires de ruralité et urbanité ; les habitants d’Arvieu qui étaient déjà là qui ont vu arriver cette vague numérique et qui aujourd’hui fréquentent le tiers lieu et portent des projets ; et enfin les acteurs économiques du secteur touristique, pour lesquels la démocratisation des outils numériques a promis de nouvelles stratégies de visibilité, saisonnalités et offres touristiques.

En parallèle, un dispositif de valorisation auprès des habitants sera mis en place via des outils de communication et de partage de la recherche. Des ateliers réuniront chercheurs, acteurs locaux, experts scientifiques et professionnels sur place, pour débattre des résultats de l’étude. L’objectif est de créer une dynamique de recherche-action, où la réflexion et la distance scientifique pourront dialoguer avec l’opérationnalité et la proximité d’une action publique en train de se faire.

Equipe de recherche

Alessia de Biase, Responsable scientifique, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette LAVUE-LAA

César Gélvez, Université Grenoble Alpes – PACTE

Emmanuel Eveno, Université Toulouse Jean-Jaurès – LISST

Ornella Zaza, IUAR Université Aix-Marseille

 

Elus

Gilles Bounhol, Maire d’Arvieu

professionnels

Sophie Terris, Jardin d’Arvieu

Manon Cazotes, Mairie d’Arvieu

Marie Cellier, Mairie d’Arvieu

Documents

Evenements

  • -