Lodève, 7426 habitants, sous-préfecture de l’Hérault en région Occitanie se situe à 45 kilomètres de la Métropole de Montpellier. Siège de la communauté de communes Lodévois et Larzac (14 000 habitants), elle est dotée d’un patrimoine bâti et naturel reconnu et d’un dynamisme culturel fort mais assez mal exploités. L’absence d’une ingénierie urbaine capable de proposer à l’ensemble des acteurs une lecture commune du territoire marque une désynchronisation entre l’ensemble des nombreuses actions, qu’elles proviennent de la collectivité ou des associations.

Une fragilité multiforme

Lodève fait face à une évasion commerciale qui reflète la situation économique globale de la ville. Malgré un panel socioprofessionnel assez diversifié, la part de chômeurs et de personnes inactives reste conséquente (29,5%) et le taux de pauvreté y est très important (28,8%), ce qui fait de Lodève l’une des villes les plus pauvres du département. Ville multiculturelle, Lodève a vu l’arrivée d’une population immigrée en lien avec la Manufacture Nationale de tapis de la Savonnerie des Gobelins et plus récemment d’une population plus aisée de classe moyenne voire supérieure, majoritairement retraitée.

Le parc de logements du centre ancien subit une vacance importante (17%) essentiellement liée à une division des logements par les propriétaires pour en améliorer la rentabilité. Ces logements, en stock important, sont immédiatement disponibles et très abordables mais dégradés. Ce sont des « logements sociaux de fait », ce qui contribue à y accueillir une catégorie d’habitants précaires.

Cette situation de pauvreté concentrée dans le centre-ville élargi a justifié le classement en quartier prioritaire « Politique de la ville ». Par ailleurs, contrairement à certaines communes du Pays Cœur d’Hérault et malgré un patrimoine bâti remarquable, Lodève présente une activité touristique faible, qui se traduit notamment par un manque d’établissements d’accueil, de services et d’activités orientés sur ses richesses. Lodève fait également face à un problème de mobilités en particulier un manque de connexions avec l’ensemble des communes du Pays Cœur d’Hérault.

Une démarche holistique pour de nouvelles perspectives

Cette recherche-action vise à comprendre les mécaniques responsables de ces dysfonctionnements et d’envisager les perspectives au travers d’une démarche holistique.

Plutôt que de concentrer notre regard sur un aspect, l’ambition est de réaliser une vision potentiellement diverse mais partagée par ses habitants, prolongeant la tradition initiée par Patrick Geddes, dans une recherche de dispositifs engageant la réflexion collective. L’évaluation des retombées des actions initiées ces dernières années par la commune (contrat de ville de 2015, concertations...) permettra d’envisager de nouvelles perspectives.

Autoportrait collectif, la recherche-action vise à construire un diagnostic partagé par tous   les acteurs de la ville... Il est donc essentiel de mettre en place une médiation entre les parties : la collectivité et les élus comme fédérateurs des stratégies territoriales, les associations, comme unités de la vie collective, et enfin les habitants comme experts de leur quotidien.

Vers une maison de l’urbanisme

Le diagnostic partagé et assorti de propositions fera l’objet d’ateliers de co-construction préfigurant une maison de l’urbanisme ouverte à l’ensemble des acteurs et à la population. Les restitutions se feront par des expositions de projets d’étudiants architectes.

Equipe de recherche

Anne Sistel, Responsable scientifique, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier – LIFAM

Jean Planès, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier – LIFAM

Alexandre Neagu, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier – LIFAM

Khedidja Mamou, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier – LIFAM

Catherine Bernie-Boissard, Université de Nîmes – ARTDEV

Bertrand Rétif, École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand

Gladys Champanay, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier – LIFAM

Flore Serayssol, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier – LIFAM

Elus

Sébastien Rome, Adjoint au maire de Lodève, en charge de la politique de la Ville et du suivi du projet municipal  

professionnels

Luc Doumenc, Association Patrick Geddes France

Documents

Evenements

  • xx