Appartenant à la Communauté Urbaine Angers Loire Métropole, la commune nouvelle de Longuenée-en-Anjou (6 351 habitants) est née de de la fusion en 2016 de quatre communes. L’étude de cas interroge le processus de fusion, ainsi que le vécu de ce nouveau territoire par celles et ceux qui l’animent au quotidien : habitants, élus, associations, entreprises, agents. Quelles sont alors les conditions d'adaptation des services au public, l’ajustement des habitudes et l'appropriation territoriale qui en découlent ?

Un changement d’échelle : la fusion de 2016

On présente souvent comme motivation première des créations de communes nouvelles le maintien des dotations d’État et la réalisation d’économies d’échelle. Qu’en est-il ?

La fusion, engagée au 1er janvier 2016, fait passer Longuenée-en-Anjou du 25e poids démographique (pour sa commune déléguée la plus peuplée) au 10e dans la Communauté Urbaine. Cela modifie-t-il les rapports de force au sein de la communauté ?

Pour la commune elle-même, dont la taille reste relativement modeste, et de laquelle il ne se dégage pas un pôle villageois dominant, quelles sont les conséquences de ce changement d’échelle et de ces caractéristiques sur la gouvernance, l’identité et l’organisation territoriale des services (publics notamment) ? Le choix de maintenir les quatre mairies déléguées peut-il être considéré comme un facteur d’acceptation du nouveau périmètre par ses habitants, ses usagers, ses citoyens ?

L’appropriation de ce nouveau périmètre

Les élus municipaux ont fait le choix de s’entourer dès le départ d’un cabinet conseil, pour les accompagner, préparer les agents municipaux comme la population au changement de périmètre. Cette méthode constitue-t-elle un exemple ?

Dans leurs démarches, pratiques, représentations, comment les habitants, mais aussi les associations et les entreprises vivent-ils ce « nouveau » territoire ? Partant des points de vue de ces acteurs, dans quelle mesure la nouvelle cartographie communale impacte-t-elle l’accès aux services et équipements municipaux ? Quelles sont les incidences de cette création communale sur les périmètres d’intervention des associations, sur la carte et les transports scolaires, etc. ? En fonction des besoins de la population, comment s’organisent les pratiques et les mobilités quotidiennes à cette échelle ?

Une enquête pour saisir les besoins des acteurs et des habitants

Ce programme de recherche associe des chercheurs issus de différentes disciplines : géographie, droit, science économique. Il s’enrichit des apports de chercheurs et/ou étudiants de masters, en sociologie et sciences de gestion.

Une enquête menée, en partenariat avec l’Agence d’Urbanisme de la Région Angevine et le CNFPT, auprès des agents des communes nouvelles de Maine-et-Loire, permettra de mettre en exergue les changements intervenus dans la pratique de leur métier (nouvelle organisation, nouveau métier, spécialisation, déplacements, relation aux usagers…).

En parallèle, trois autres enquêtes seront conduites en direction (1) des agents socio-économiques de la commune ou concernés par elle, (2) de ses habitants, et (3) plus particulièrement des enfants et des jeunes. L’étude prendra soin de développer une approche différenciée du vécu et des besoins des habitants.

Enfin, le dispositif méthodologique repose sur le recueil et l’analyse de documents de différentes natures de façon non seulement à alimenter le diagnostic de territoire, mais à saisir les enjeux locaux, les incidences organisationnelles, financières et de gouvernance.

Equipe de recherche

Annabelle Morel-Brochet, Responsable scientifique, Université d’Angers – ESO-Angers

Emmanuel Bioteau, Université d’Angers – ESO-Angers 

Vincent Gaboriau, Centre Jean Bodin – UPRES

Isabelle Leroux-Rigamont, GRANEM – TEPP 

Martine Long, Centre Jean Bodin – UPRES

Jérôme Prugneau, Université d’Angers – ESO-Angers

Elus

Jean-Pierre Hébé, Maire de Longuenée-en-Anjou

 

Christophe Béchu, Président de l'Agence d’Urbanisme de la Région Angevine, Maire d'Angers

professionnels

Stéphanie Hervieu, Chargée d’études Solidarités, modes de vie, cohésion sociale, Agence d’Urbanisme de la Région Angevine

Alexandra Le Provost, Directrice Générale, Agence d’Urbanisme de la Région Angevine

Isabelle Leulier-Ledoux, Responsable du Pôle projets urbains, paysage, mobilité, Agence d’Urbanisme de la Région Angevine

Documents

Evenements

  • xx

    x