A travers un projet de parc scientifique prenant appui sur la valorisation de l’activité de recherche de la Station Biologique de Roscoff (CNRS - Sorbonne Université), le PETR du Pays de Morlaix et les trois intercommunalités qui le composent (Morlaix Communauté - 64 250 hab. ; Haut-Léon Communauté - 31 500 hab. ; Communauté de communes du Pays de Landivisiau - 33 060 hab.) réfléchissent à un développement territorial basé sur la science. La petite ville de Roscoff et ses acteurs (3 360 hab. en 2017 ; Haut-Léon Communauté - 31 500 hab. en 2017) se retrouvent ainsi au cœur d’une réflexion sur les contours à donner à un projet de territoire cherchant à négocier son avenir au sein d’un plus vaste système agro-industriel régionalisé.

La science, levier de renouveau économique pour les petites villes

Quelles peuvent être les places occupées par une petite ville dans la production de connaissances scientifiques ? La science peut-elle contribuer au développement de l’activité économique locale ? Ce projet vise à comprendre l’évolution des fonctions orchestrées par une petite ville dans la production et la valorisation de connaissances scientifiques à différentes échelles. Le cas de la ville de Roscoff dont la Station Biologique constitue un des principaux et plus anciens centres français et européen en biologie et écologie marine servira de point d’appui à cette démarche. Naturellement inscrite dans une diversité de partenariats et de réseaux, la Station s’est néanmoins longtemps concentrée sur ses seules missions de recherche fondamentale. Désormais, scientifiques et développeurs locaux interrogent les différents rôles que pourrait jouer cette institution en matière de développement territorial. En effet, des start-up essaimées du laboratoire naissent, des collaborations industrielles se développent et se densifient et des acteurs économiques locaux sollicitent de manière croissante l’expertise de la Station. Ainsi, depuis 2014, les acteurs scientifiques et politiques travaillent de concert à la préfiguration du premier parc scientifique de l’hexagone dédié aux biotechnologies marines. Les petites villes peuvent alors constituer des « centralités d’innovation ».

Une inscription multiscalaire de la production scientifique

L’évolution récente de l’activité scientifique du site (ex : des publications, des programmes de recherche) et la valorisation économique de ses résultats (ex : des brevets, des collaborations industrielles) seront mises en perspective. Par la suite et en mobilisant une méthode mixte où dialogueront de concert des traitements quantitatifs de données et la conduite d’entretiens, une analyse géographique longitudinale des relations scientifiques et industrielles du site sera réalisée. Des interdépendances mondialisées et organisées autour de la petite ville de Roscoff se dessineront alors, l’intérêt étant de comprendre l’émergence et l’évolution de relations pouvant constituer des ressources utiles au développement économique. Dans un second temps, la traduction de ces composantes de la vie sociale locale dans des dispositifs d’aménagement sera plus particulièrement investie. Le dimensionnement matériel (quelles infrastructures déployer et pour qui ?) mais également immatériel (quels services et outils développer ?) du parc scientifique constituera le principal point d’ancrage d’un projet jetant les bases d’une réflexion sur les modalités d’accompagnement de nouveaux sentiers de développement d’un territoire amené comme dépendant de l’activité touristique et de l’industrie agro-alimentaire. L’étude de ce segment original de l’activité quotidienne des petites villes pourra ainsi esquisser quelques pistes de réflexions sur les conditions du développement d’une petite ville pensée en relation avec les « autres » territoires.

Equipe de recherche

Josselin Tallec, Responsable scientifique, Université Grenoble Alpes – PACTE

Bastien Bernela, Université de Poitiers – CRIEF

Flavie Ferchaud, Université Paris-Est-Marne-la-Vallée – LAB’URBA

Marie Ferru, Université de Poitiers – CRIEF

Marion Maisonobe, Panthéon Sorbonne – Géographie-Cités

Elus

Nicolas Floch, Président de la communauté de commune du Haut-Léon, Président du Pôle d’Equilibre Territorial et Rural du Pays de Morlaix 

Joseph Seité, Maire de Roscoff

professionnels

Catherine Boyen, Directrice de la Station Biologique de Roscoff

Joy Toupet, Chargée de mission Parc innovation Blue Valley, Pôle d’Equilibre Territorial et Rural du Pays de Morlaix

Documents

Evenements

  • xx

    xx