PLATE-FORME
D’OBSERVATION
DES PROJETS
DE STRATÉGIES URBAINES
Frontières de la cohérence territoriale

Présentation

La métropole qui se construit pose la question de la cohérence territoriale des projets et des stratégies. Héritier d’une histoire faite de fragmentations et de morcellements, le périmètre communautaire est étriqué. Le traitement métropolitain du périurbain conduit à la recherche d’une cohérence à plus grande échelle. L’enjeu majeur est de construire un nouveau référentiel territorial, celui d’un grand territoire de projet qui donnerait sens à l’organisation urbaine polycentrique de Sète à Lunel sous forme d’une communauté urbaine (600 000 habitants). Il est question de s’attacher aux formes de l’impensé urbain qui s’y développent jusqu’à pouvoir définir la pensée des formes urbaines du futur par un traitement métropolitain du territoire.

Démarche et méthodologie

La problématique évoque les « nouvelles frontières » entre nécessité et incertitudes, entre besoin de reconnaissance et contraintes politiques et fonctionnelles. Le grand territoire rencontre la question métropolitaine. En premier lieu, le regard s’attache à l’analyse de données qualifiant l’espace dans sa diversité et ses entrecroisements. Un deuxième temps rend compte de l’organisation spatiale, de la forme urbaine produite et de la fonctionnalité de l’ensemble. En partant des points d’articulation et des faiblesses du territoire, on approche trois hypothèses pour qualifier le modèle possible du développement métropolitain entre une métropole « végétative », fractionnée, une métropole « territorialisée » par un inter SCoT, paradigme institutionnel, et une métropole « gouvernée » sur le principe des communautés urbaines.